Rentrée 2008 bilingue à Lorient : semaine cruciale à Merville .

Publié le par Kevrenn Bro An Oriant

«Les langues régionales appartiennent au patrimoine de la France  . », voilà l’une des nouvelles phrases de la Constitution depuis cet été. L’UDB en a déjà exposé les insuffisances et les ambiguïtés multiples par ailleurs.(1)

Pour autant, et malgré le manque d’engagements concrets qui l’accompagne, cette simple phrase place la rentrée des classes bilingues sous un jour institutionnel nouveau.
Ce fait ne peut être ignoré des fonctionnaires du service public d’éducation.

Sur la commune de Lorient existent à ce jour plusieurs écoles proposant un enseignement bilingue, avec quelques variations pédagogiques : une dans le quartier de Kerayado-Le Manio (association Diwan), une seconde dans le quartier de Kerentrec'h (école catholique Saint-Christophe), une troisième pour le quai des indes et le quartier Nouvelle-Ville (école publique rue Lesage).


Une quatrième se développe depuis trois ans, des familles du quartier de Merville ayant là aussi montré leur intérêt pour cette démarche pédagogique et culturelle. Rien d’étonnant à l’élargissement de cet enseignement à une époque où même à Paris des familles ont obtenu la création d’une école Diwan avec le soutien de la municipalité.


Et pourtant, l’administration de l’éducation nationale refuse la continuité de la scolarisation bilingue après la grande section à Merville, arguant que c’est possible dans un autre quartier !


Face à cette situation, élus, associations et partis politiques se sont indignés nombreux en juin, sans réponse officielle à ce jour.
L’UDB attend avec impatience de voir si la semaine de la rentrée sera l’occasion pour M. l’Inspecteur d’annoncer des mesures rassurantes. D’autant que d’après les chiffres récents, les inscriptions en filières bilingues dans cette école sont en hausse significatives, et nécessitent à elles seules une création de postes.

Mardi, jour de la rentrée, les services de l’Etat auront les chiffres définitifs. Face à l’évidence et au regard de l’intérêt des familles, les moyens seront –ils débloqués naturellement ? L’UDB le souhaite, car sinon, il est vraisemblable qu’il faudra refuser certains élèves dans cette filière. Procédera-t-on par tirage au sort ? Par établissement d’un numerus clausus ? Ce scénario ne serait pas sérieux à l’heure où, sous la pression de l’évolution de la société, les députés ont montré un attachement nouveau, timide mais réel,   à la préservation de la diversité culturelle. Les services du Ministre Xavier Darcos l’ont-ils perçu ?

 

 

Sylvain Berhault

Secrétaire section pays de Lorient

(1) voir ici : http://www.udb-bzh.net/article.php3?id_article=753&lang=fr

 précisions : l'illustration est extraite d'une campagne du conseil régional en faveur de la scolarité bilingue.

Publié dans Lorient

Commenter cet article