PLOUAY : le bilinguisme dans les écoles

Publié le par Kevrenn Bro An Oriant

Les écoles privées sont-elles indifférentes à la langue bretonne ?

 

                                                Jusqu’à présent les écoles privées de Plouay se sont montrées imperméables à l’enseignement du breton. Elles semblent ignorer les effets positifs du bilinguisme français-breton sur l’ensemble des résultats scolaires des élèves qui en bénéficient.

                                               

                                                   Si à Plouay le privé faisait le même effort que le public en faveur du breton on pourrait préserver  le patrimoine linguistique !

 

 

 

Et la filière publique ?

 

                                               La rentrée de septembre dernier a confirmé l’importance de la demande du bilinguisme breton-français. L’an dernier déjà, en septembre 2007, la demande de bilinguisme l’emportait sur celle du monolinguisme : rentrée historique, après des décennies où la honte avait été installée dans les têtes par le système monolingue français.

La dernière rentrée démontre que la demande de bilinguisme se développe… Pour le plus grand bien de l’école maternelle publique « Arc en Ciel ».

 

                                             Au point que, l’Inspection d’Académie et Mairie complices, ont demandés à 5 inscrits pour la filière bilingue en maternelle de se désinscrire au profit du monolingue pour garder le ½ poste monolingue !

Qu’est ceci sinon un irrespect de la volonté des parents, un irrespect de la démocratie, en même temps que la défense d’intérêts corporatistes à très court terme : l’école au service d’une conception monolithique révolue ou une école au service d’une démarche désormais plurielle ?

 

                           La compétence des enseignants bilingues n'est plus à démontrer, pourtant les pratiques des institutions distillent le doute dans certains esprits. Rappelons clairement que les enseignants bilingues font preuve d'ouverture d'esprit, de curiosité intellectuelle et pédagogique qui est un gage sérieux de leur investissement dans la réussite éducative des élèves!

 

        L’UDB pense que Skol an Amzer da Zont, qui travaille depuis 12 ans sur Plouay, soit associée pleinement aux prises de décisions importantes pour l’avenir de leurs enfants.

 

                                             L’UDB Bro An Oriant-Ploue espère que,  malgré ce dérapage, les élus de la commune qui ont tous votés pour la charte « Ya D’Ar Brezhoneg », charte pour le « YA » à la filière bilingue en particulier, passeront des paroles devant les médias aux actes devant les parents !

 

Commenter cet article