Cap Lorient : une taxe additionnelle qui exigera méthode

Publié le par Kevrenn Bro An Oriant

Le conseil de Cap Lorient réuni à Riantec a débattu et validé ce soir le principe d’une taxe additionnelle ménage. Le président en a présenté les enjeux, dans un contexte difficile, qui nécessite d’investir pour relancer l’économie. Notre élu, Yann SYZ, s’est prononcé favorablement, avec des réserves de méthode incitant à toiletter le fonctionnement de l’Agglo et à renforcer les liens directs avec les citoyens, faute de suffrage universel :


A lire les réformes gouvernementales depuis la fausse décentralisation de J.P. Raffarin et à entendre les réactions qu’elles suscitent chez les élus, on a l’impression que le coup de grâce contre les collectivités locales n’est jamais le dernier. Alors oui, les transferts de charges non compensés de l’état au local sont légions. Oui aussi, par un jeu de textes successifs, les gouvernements de la droite libérale font échapper une part croissante des marges des entreprises au financement de la solidarité et du développement. Alors qu’en fin de compte les collectivités locales qui en bénéficient travaillent d’abord à l’avenir économique des territoires et injectent une part considérable de leurs ressources dans la commande aux secteurs privés. Le raisonnement fiscal du gouvernement est un raisonnement à courte vue, qui fait fi des dynamiques à long terme. La solution qui nous est proposée ce soir est donc une solution contrainte par les choix de décideurs français qui font croire aux chefs d’entreprises qu’ils les protègent en les taxant moins, alors qu’en réalité cette attitude ne permet pas d’intervenir pour limiter les effets de la crise. Passé ce constat, soyons positifs et responsables et offensifs.

POSITIFS : c’est-à-dire que Cap Lorient envoie le signal d’une volonté de se donner les moyens de poursuivre la construction de l’avenir économique du Pays de Lorient. C’est-à-dire aussi que l’investissement public permettra de poursuivre l’adaptation du Pays de Lorient aux nouvelles activités, aux nouveaux modes de vie et à préserver notre patrimoine naturel et social commun.

RESPONSABLES : c’est de procéder à un inventaire complet de nos politiques et de nos dépenses avant le vote définitif des taux. Nous avons connu une période de subvention extérieures élevées. Cette aubaine a pu inciter Cap Lorient à investir dans des missions qui ne relèvent pas de l’intérêt général, du moins de l’intérêt public. Je ne me focaliserai pas sur des exemples, nous en connaissons tous. Mais il est certains que si nous devons demander un effort aux citoyens contribuables, il faut en échange démonter la pertinence de nos fonctionnements et y rechercher des marges de manœuvre. Je dirais qu’impot ménage suppose ….toillettage.

RESPONSABLES : c’est aussi s’obliger à un dialogue avec le citoyen de Cap Lorient. En effet, cette assemblée n’est pas élue au suffrage universel. Outre le fait que cette situation, due à la loi française, n’aide pas à la construction de l’esprit de « pays » dépassant les clochers, elle crée un problème moral. La loi autorise à prélever l’impôt une assemblée qui ne sera pas sanctionnée, négativement ou positivement, par un vote en fin de mandat. Le bureau de Cap Lorient n’est pas responsable de cette loi, mais il se doit désormais de trouver des formes de débats directs et participatifs (démocratiques) avec les citoyens. On ne peut agir au nom du bien commun sans démocratie représentative ni démocratie participative.

Enfin être OFFENSIFS : c’est faire en sorte que Cap Lorient et les autres agglos. –Pays de Bretagne ou de France- par le biais de leurs associations, soit très présents dans le débat sur les réformes des collectivités territoriales menées par Sarkozy et Balladur. Présents pour dire qu’après la Région, garant des équilibres et des coordinations, les communautés d’agglomération ou les pays sont les échelons pertinents pour construire le développement des territoires. Que pour cela, ils doivent en avoir les moyens, et que ces moyens doivent être équitablement répartis entre les différentes sources de richesses que sont les revenus du travail et du capital. Pour dire que les agglos et les régions ne doivent plus dépendre des contraintes de gestions d’un état qui ne sait plus comment épurer ses déficits et qu’elles doivent donc retrouver leur autonomie de ressources. Etre OFFENSIFS à l’externe mais aussi à l’interne de Cap Lorient, car il faut rechercher aussi les méthodes de travail qui permettent de rationaliser la dépense publique entre les communes membres de Cap. Ce travail est amorcé depuis longtemps. Mais nous devons l’approfondir une nouvelle fois.
Voilà pour dire que ce soir, je voterais le principe de cette taxe additionnelle, pour que les acteurs du Pays de Lorient construisent ensemble l’avenir. Mais je ne pourrais en conscience, en voter le taux en mars qui si la stratégie de la dépense publique est énoncée avec clarté et méthode. Yann SYZ

Commenter cet article

Claude Guéganno 02/01/2009 21:48

Bonjour,

Vous dites qu' "il faut rechercher aussi les méthodes de travail qui permettent de rationaliser la dépense publique" , et un peu plus loin : "... je ne pourrais en conscience, en voter le taux en mars qui si la stratégie de la dépense publique est énoncée avec clarté et méthode .."

Vous ne trouvez pas qu'il est préférable d'apporter les réponses à ces questions, avant
de voter pour un nouvel impôt ?

Vous trouvez que les gens ont trop de sous ?
(qu'ils se consolent en étant "positifs" )

Etes vous vraiment sûr que cette fois "l'assemblée ne sera pas sanctionnée, négativement ou positivement, par un vote en fin de mandat " ?

Lever un nouvel impôt est un acte grave, mais je n'ai rien compris à vos motivations.

Bien cordialement,
C.G. - Languidic

Kevrenn Bro An Oriant 02/01/2009 23:09


La logique des élus de Lorient est de voter cet impôt "contraint" par l'Etat (car c'est avant tout l'Etat qui se décharge sur les collectivités territoriales) à condition que le public fasse de son
côté des efforts. Lutter contre le gaspillage, économiser, réduire le train de vie, mutualiser... Mais bien entendu, vous avez raison, ce n'est pas de gaîté de coeur que nous votons cet impôt. Nous
rappelons cependant que nous approuvons l'échelon de l'agglo contrairement à l'échelon "département" qui lui aussi augmentera ses impôts en 2009. Pour nous, supprimer le département est un moyen
efficace de réduire les impôts... mais ceci est un autre débat.

Cordialement.

L'équipe UDB du pays de Lorient.