Fer et mer, les nouveaux enjeux du transport de marchandises

Publié le par Kevrenn Bro An Oriant

Le littoral qui va de Dunkerque à Biarritz et de Catalogne à Toulon est le plus long d’Europe. pourtant, aujourd’hui nos ports sont fragiles parce que la France tourne le dos à la mer.

 

 

En France, le littoral est communément appelé « la façade maritime » : quelque chose que l’on regarde et pas quelque chose que l’on utilise. Résultat : le Danemark, un pays pas plus grand que la Bretagne ou la Normandie, est le leader européen du transport maritime, et c’est en Hollande que se rendent les nombreux navires qui longent nos cotes.

Le député d’une circonscription portuaire comme Lorient devra se battre pour que la Bretagne retrouve toute sa place dans le transport maritime.

Cela passe par différentes actions.

La réunification de la Bretagne en est une évidente.

La mise en cohérence des ports de Brest et Lorient avec celui de Nantes Saint-Nazaire est une nécessité économique. Le port de Loire-Atlantique est en effet dix fois plus important que chacun des autres ports breton, et sa zone de chalandise couvre la moitié de la Bretagne. Pour espérer refaire du port de Lorient un vrai pôle économique , il faut le faire en cohérence avec ce géant voisin.

La réunification est enfin un bon outil pour éveiller les décideurs bretons aux enjeux de l’économie maritime. Rennes est pour la Bretagne une capitale très terrienne. Lorient et Brest ont besoint de leurs allié naturels de Nantes-Saint Nazaire pour orienter les choix vers une nouvelle ambition maritime.

Il faut par aussi engager des travaux importants sur nos ports de commerces. L’Etat les a trop longtemps laissés à l’abandon. il faut les doter de capacités d’accueil modernes pour qu’ils puissent recevoir les navires dans de meilleurs conditions, tout en s’insérant mieux qu’aujourd’hui dans les zones d’habitat.

Il faut enfin que ces ports soient mieux insérés dans leurs zones de chalandises. Aujourd’hui, l’essentiel des trafics du port de Lorient est traité à terre par des norias de camions, d’où des plaintes récurrentes des riverains. Il est urgent de mettre en œuvre le dialogue avec la SNCF et Réseaux Férrés de France afin que les principales zones d’activités du nord de l’agglomération soient reliées par des trains de fret au port de Kéroman.

Une telle initiative ne pourra qu’améliorer le taux d’exportation du port, aujourd’hui au plus bas, tout en le rendant plus acceptable pour son environnement.

En bref, il faut se mobiliser pour que la Bretagne ne soit plus un Finis-Terre, mais une ouverture sur la Mer.

Cet article a été diffusé à l'origine dans le cadre de la campagne des législatives 2007 sur la circonscription de Lorient par Yann Syz et Thiery Catrou

Publié dans Lorient

Commenter cet article