Permettre et donner envie à la jeunesse de rester au pays

Publié le par Kevrenn Bro An Oriant



La Bretagne est une des régions de France où les salaires sont les plus bas. Selon une étude de l’INSEE publiée en 2003, le salaire breton moyen est inférieur de 11,7% à la myenne française, et de 30% par rapport à la moyenne parisienne, ce dernier point etant surtout la conséquence de la concentration des postes décisionnels d’encadrement dans la capitale.

 

Un renforcement de la capacité décisionnelle de la Région Bretagne est donc une nécessité, afin de retenir nos jeunes diplômés. Rappelons que la Bretagne est toujours en tête aux résultats du bacs.

Le recensement de 1999 avait prouvé qu’entre 1990 et 1999, la Bretagne avait perdu 8 800 jeunes de 22 à 33 ans diplômés de 2° et 3° cycles universitaires, partis travailler ailleurs. Pourtant, garder sur notre territoire la jeunesse formée est un enjeux majeur de développement économique et social.

Dans une Europe où seule la France connaît une fécondité permettant le renouvellement des générations, ces jeunes diplômés vont devenir une denrée plus rare. Elle est pourtant essentielle en raison des effets d’entraînement qu’ils ont sur les dynamiques économiques des territoires. Selon les économistes ; un emploi supérieur induit 4 autres emplois.

Il est donc urgent que les centres de décisions ultra concentrés à Paris soient rapprochés de nos activités, afin d’offrir des débouchés sur places aux diplômés bretons tels ceux qui se forment à l’Université de Bretagne Sud.

Pour que les jeunes restent, ils faut aussi qu’ils en aient l’envie.

Si les questions de salaires, de qualité de vie et de qualité d’emplois sont ici cruciales, il est utile de renforcer l’attachement à la région.

Le renforcement des apprentissages à l’école de l’histoire et de la géographie régionale, ainsi que la mise en place d’un vrai effort pour le bilinguisme français breton est un enjeu culturel et éducatif majeur. Il participe aussi du renforcement des liens affectifs entre la jeunesse et la Bretagne afin qu’ils s’y investissent davantage. De ce point de vue, la culture bretonne est un enjeu économique fondamental.

Cet article a été diffusé à l'origine dans le cadre de la campagne des législatives 2007 sur la circonscription de Lorient par Yann Syz et Thierry Catrou

Commenter cet article