Qu’aurions-nous pensé si...?

Publié le par Kevrenn Bro An Oriant

Souvenez-vous... Le 22 novembre 2005, succédant à Gerhard Schröder, Angela Merkel devenait la première femme au poste de chancelier fédéral en Allemagne.

Qu’aurions-nous pensé si, au cours de débats précédant cette élection en Allemagne, Angela Merkel ou Gerhard Schröder avait proposé la création d’un Ministère de l’Identité Nationale ?

Qu’aurions-nous pensé si, au cours de débats précédant cette élection allemande, Angela Merkel ou Gerhard Schröder avait déclaré "J’inclinerais, pour ma part, à penser qu’on naît pédophile", ou que la cause du suicide chez les jeunes, c’est "parce que, génétiquement, ils avaient une fragilité, une douleur préalable." ?

On aurait rappelé qu’à travers une pseudo-science appelée "eugénisme", des scientifiques espéraient éliminer les pathologies héréditaires et les déviances sociales qui pourraient avoir une origine héréditaire.

Qu’aurions-nous pensé si, au cours de débats précédant cette élection allemande, Angela Merkel ou Gerhard Schröder avait déclaré souhaiter que tous les allemands aient "chez eux le drapeau tricolore" et qu’ils l’exposent "aux fenêtres le jour de la fête nationale", terminant leurs meetings en faisant chanter ""Deutschland über alles" (L’Allemagne par dessus tout) ?

Nous aurions pensé qu’ils étaient de retour, ces ennemis de la liberté, cette peste noire qui fut la honte du XXe siècle. Mais les démocrates allemands n’ont pas commis ces erreurs lors de leurs dernières élections. Ils ne se sont pas fourvoyés dans ces pièges tendus par Le Pen et l’extrème droite française...

Alors, n’oublions pas dimanche, unis aux peuples de toutes les autres régions de notre continent, nous sommes d’abord des européens.

Yann Syz et Jean-Jacques Page*

* Jean-Jacques Page est le candidat de l’UDB sur la 1ère circonscription (Vannes-Gwened) du Morbihan. Visiter son site

Cet article a été diffusé à l'origine dans le cadre de la campagne des législatives 2007 sur la circonscription de Lorient par Yann Syz et Thiery Catrou

Commenter cet article