Pour l’autonomie dans une 6e République .

Publié le par Kevrenn Bro An Oriant

Jusqu’à présent, les partisans d’une 6e république s’en sont tenus à une simple refondation de la tête du pouvoir, mais l’accroissement du rôle des Régions amène plusieurs présidents d’exécutifs régionaux ou élus à souhaiter une plus grande autonomie des pouvoirs locaux et régionaux, accompagnée d’une refonte du système fiscal.

La 6e République est aujourd’huià bout souffle. Elle ne permet pas un plein exercice de la démocratie. Le quinquennat présidentiel n’a rien changé si ce n’est de mettre en lumière le monarchisme de nos institutions…

- Un président qui tire les ficelles en coulisses et démissionne son premier ministre au gré des castings.
- Un parlement qui débat mais sans pouvoir de décision.
- Un Etat nation dépassé, inopérant et qui ne répond plus aux aspirations démocratiques en témoigne le fossé qui sépare les « élites » dirigeantes et les citoyens.
- Une classe politique vieillissante qui ne se renouvelle pas, accrochée aux cumuls des mandats et refusant d’intégrer la proportionnelle en matière d’élection.

Ma grille de lecture, qui est aussi celle de l’UDB, c’est l’autonomie du peuple breton et son émancipation sociale.

Diverses expériences d’autonomie au niveau européen démontrent que la capacité législative et budgétaire d’agir au niveau régional est un moyen de se défendre contre les effets pervers de la mondialisationéconomique.

Est-ce enfin la voix de la raison ? Cela démontre au moinns la pertinence de nos points de vue. A nous de continuer à démontrer et à populariser la valeur de notre idée : l’autonomie régionale, c’est la démocratie au quotidien, la république au plus près des citoyens.

La rénovation du système politique et institutionnel français passe par plusieurs évolutions à caractère démocratique parmi lesquelles :

- une démocratie plus parlementaire avec la transformation du Sénat actuel en un Sénat des Régions,
- une parité réelle entre les femmes et les hommes,
- la limitation du cumul des mandats en nombre,
- des élections à la proportionnelle,
- la suppression de l’échelon départemental,
- la valorisation des pays,
- l’élection au suffrage universel des délégués intercommunaux et des Pays,
- la promotion de la démocratie participative et des référendums d’initiative populaire…

Cet article a été diffusé à l'origine dans le cadre de la campagne des législatives 2007 sur la circonscription de Lorient par Yann Syz et Thiery Catrou

Commenter cet article