Billet d'humeur sur la journée de la femme.

Publié le par Kevrenn Bro An Oriant

Dimanche 8 mars, journée de la Femme, les politiques de tous bords ont fait des discours bien pensants, quelques photos et hop ! On oublie jusqu’à l’année prochaine où tout recommence – discours et photos – et ce, depuis la création de cette fameuse journée de 1977.

 

Dans le même temps, les violences conjugales augmentent de façon alarmante, les harcèlements autant moraux que physiques se multiplient dans le monde du travail. Et voilà que l’Etat s’en mêle.

 

De même qu’il se désengage de ses obligations envers les collectivités publiques, de même, il semble vouloir se désengager de ses missions d’information, d’éducation et de prévention dans le domaine de la sexualité.

 

Monsieur Hortefeux, le nouveau Ministre du Travail, des Relations Sociales, de la Famille, de la Solidarité et de la Ville (ouf !!!), en diminuant les sommes allouées au Conseil Conjugal et Familial, entraîne la fermeture de plus d’un tiers des Centres d’Ecoute et de Paroles. (1)

 

La loi Neurwith sur la contraception en 1967, la loi de 1975 autorisant l’I.V.G., ont donné aux femmes françaises le droit de disposer librement de leur ventre. Mais ce droit est extrêmement fragile.

 

Alors même que la demande d’information est de plus en plus importante dans les lycées, dans les citées où vit une population fragile, les pressions des anti I.V.G. sont de plus en plus fortes, les lobbys religieux de plus en plus présents, le gouvernement Sarkozy avec sa fabuleuse « laïcité positive » leur donne des gages en diminuant les subventions et en abandonnant les adolescents avec pour seul éducateur Internet et les cassettes porno de plus en plus violentes et ce, alors même que le sida continue ses ravages.

 

8 MARS = Journée de la Femme = Journée Alibi = Journée des Dupes.

 

                   Annick LECUYER.

                    Conseillère municipale UDB à Lorient
                    déléguée aux relations partenariales avec les associations de                    commerçants

 

(1) Pour l’heure, ce fait est dans la loi de finance, et le Ministre n’a reculé qu’en paroles)

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Alain 12/03/2009 08:47

"8 MARS = Journée de la Femme = Journée Alibi = Journée des Dupes."
Tout à fait d'accord avec cela. Comme toute les journées de ce genre, celle-ci ne fait que cacher derrière un paravent de bons sentiments une réalité terrible de femmes sous employées, sous payées, et le pire, méprisées et battues. Répétons tous les jours que des femmes en France meurent sous les coups. Et ce n'est pas "une journée de la femme" qui va y changer quoi que ce soit.