Festival Interceltique de Lorient: une convention pour construire.

Publié le par Kevrenn Bro An Oriant

Le conseil municipal de Lorient de ce soir, apres avoir réafirmé un certain nombre de principes sur le dossier de la SBFM, a validé une convention pluriannuelle avec le Festival Interceltique.

Parmi les enjeux de la convention avec le Festival, il y a d’abord la volonté des collectivités locales de contribuer à la sécurisation financière de la structure.

Le préalable était bien sûr de définir des stratégies communes, évidemment pas en terme de contenu artistique, cela est du ressort des programmateurs, mais en terme de stratégie pour le territoire et en terme de clarté réciproque.

 

Cela est d’autant plus nécessaire que ce qui est l’un des plus grand festival de France est aussi l’un des plus mal subventionné par le ministère de la culture.

A ce sujet, il faut se féliciter de voir l’Etat s’engager à réparer ce qu’il avait supprimé. Mais cela reste une goutte d’eau comparé aux festivals bien connus que sont ceux qui ne sont que le déplacement estival en région de grands équipements parisiens.

 

Il reste beaucoup d’effort à faire pour que l’état nous prouve son intérêt pour la création régionale ; et il est toujours gênant de constater que les gouvernements autonomes d’Ecosse, du Pays de Galles ou de Galice, dépensent plus que l’Etat Français pour le Festival de Lorient.

Si la Bretagne disposait d’un vrai pouvoir et de vrais moyens, nous n’en serions pas là aujourd’hui.

Nous le savons d’autant plus que c’est désormais la Bretagne toute entière qui s’associe au FIL grâce au partenariat de la Loire Atlantique.

Les 70 000  euros qui en résulte sont amusant à comparer à ce que fait le ministère de la culture…

 

 

La convention que nous allons valider ce soir nous satisfait dans son contenu.

 

Le projet artistique du FIL est reconnu.

 

L’alliance des activités culturelles et économiques autour de l’identité Bretonne et Celtique va irriguer la vie de la ville également en dehors de l’été. Cela nous importe pour l’animation culturelle, ou cela viendra renforcer la dynamique d’Emglev Bro an Oriant, mais aussi pour plusieurs dossiers économiques qui y sont associés.

La place de la langue Bretonne dans le festival est clairement affirmée dans le document, et rappelée sous le chapitre « contribution à l’épanouissement de tous les êtres humains. »…

 

La ville de Lorient sait aussi, et c’est largement rappelé, que le festival est aussi un formidable réseau de citoyen qui s’investissent lourdement dans son organisation.

Cet effet réseau joue à plein toute l’année pour mobiliser sur d’autres évênement, pour participer à la socialisation des nouveaux habitants. Tout cela fait du festival un lieu structurant de la vie de la ville.

La dimension bénévole est aussi largement présente sur scène, autour des artistes professionnelles. Cette synergie entre bénévoles et professionnels est souvent mal comprise par le Ministère, il est bon qu’elle soit ici mentionnée

La dimension transversale du développement durable alliant l’environnement, le social et l’économique est enfin ici bien comprise.

Pour toutes ces raisons, nous voterons sans hésitation cette convention.

L’aventure humaine d’août va renforcer sa place dans l’évolution d’une ville ouverte au monde. Les futurs aménagements urbains devront en tenir compte.

 

Yann Syz

Publié dans Lorient

Commenter cet article