Sable et énergie : l’UDB évoque les économies de demain à Cap Lorient.

Publié le par Kevrenn Bro An Oriant



Réuni à Groix ce 10 juillet, Cap Lorient a examiné les résultats d’une étude scientifique indépendante sur feu le projet d’extraction de sable au Large de Gavre. Résultat sans appel : si l’impact sur la biodiversité est jugé marginal, l’impact géomorphologique est estimé comme important, et les études de Lafarge considérées comme faussées.

Yann Syz, élu de l’UDB, a rappelé que pour ne pas être dans l’obligation d’utiliser du sable marin impactant d’autres zones, il faudra diversifier nos modes et matériaux de construction. Il a noté par ailleurs l’importance du développement de nos outils de cultures scientifiques et techniques, afin que les citoyens abordent plus aisément les enjeux économiques et environnementaux de notre littoral.

 

Un autre dossier important : la création d’un service d’appui à une véritable politique « énergie ». Au delà des aspects liés aux économies de consommation et à la valeur d’exemple des batiments publics, Yann Syz a souligné l’importance de la mise en place d’une stratégie de développement de filières locales.

De nombreuses communes lancent des projets de type éco-quartier auxquels il convient de sensibiliser le tissus de PME du Pays de Lorient afin qu’elles soient en mesure de candidater  sur ces chantiers. Faute de quoi, comme lors de plusieurs précédents, nous serons contraints sur certains marchés de faire appel à des compétences éloignées, alors que le Pays de Lorient regorge de compétences aisément transférables vers les outils énergétiques de demain.

C’est d’autant plus important que Cap Lorient est aussi idéalement situé pour exploiter un véritable bouquet énergétique soleil-vent-mer.

« Pour être attractifs, les territoires se dotaient d’une gare au XIX° siècle, d’une université au XX° siècle. Au XXI° siècle, l’enjeu sera de se doter d’une énergie peu coteuse et produite sur place. » a-t-il conclu.

 

Ce conseil a par ailleurs validé des étapes vers l’ouverture au public du sous-marin la Flore et vers la concrétisation de l’Etablissement Public Foncier Régional.

Commenter cet article