Péristyle : vers un quartier multifonctionnel ambitieux.

Publié le par Kevrenn Bro An Oriant

Le conseil municipal de Lorient à eu un long débat ce soir en vue de créer sur plusieurs années un nouveau quartier au péristyle. Nous découpons les interventions du groupe des élus en 4 articles.
voici l'analyse générale exprimée par Yann Syz.

Cela prendra du temps, des ajustements seront inévitables, mais nous prenons ce soir la bonne direction pour faire du péristyle à la fois un quartier de Lorient et un lieu emblématique du pays de Lorient.

 

Cela est rendu possible par une volonté politique ambitieuse faisant de ce secteur un espace multifonctionnel.

 

- D’abord, et c’est une évidence depuis le départ, un lieu de culture.

Ce nouveau quartier doit être un lieu de mise en valeur de l’histoire de Lorient, dans toutes ses dimensions. Nous avons l'occasion de réaliser enfin le musée de Lorient...à Lorient! Les axes forts de la Compagnie des Indes et de la construction navale tombe sous le sens, ainsi que la reconstruction d’après guerre dans une ville où le label Ville d’Art et d’Histoire se conjugue aussi au présent.

 

Un lieu de culture aussi, par l’attention qui sera portée aux espaces d’activités économiques, où la coopération des acteurs privés et publics des technologies modernes de la culture nous semble envisageable.

 

Un lieu de culture enfin, par les espaces publics pensés comme pouvant accueillir les initiatives associatives de la cité, que ce soit sur l’esplanade prévue ou dans des salles publiques.

 

- Aussi un lieu de respiration urbaine et de promenade.

Le prolongement des jardins du Faouédic apporte un plus en vue de l’appropriation de l’enclos du port par le plus grand nombre. Les jardins et les promenades au bord de l’eau viennent prolonger le mouvement d’une ville qui va vers la mer, ce qui est, avouons le plus simple que l’inverse !

 

- Un lieu de développement économique également.

En effet, des espaces fonctionnels sont prévus pour les entreprises, et plus généralement, l’ambition du projet culturel doit rejaillir sur l’attractivité de notre territoire.

 

- Le Péristyle sera aussi un lieu de vie, et nous sommes satisfaits de voir que l’option logement est toujours présente, malgré les contraintes évidentes.

 

- Le Péristyle sera enfin, et c’est je crois ce qu’il nous faut encore et encore expliquer, un lieu de démocratie. C’est le cas, bien sûr avec les différentes phases de concertation où des élus et des habitants apprennent à réfléchir ensemble à l’avenir, ce qui est toujours un travail long et difficile, mais nécessaire.

 

Ce sera le cas aussi, par l’implantation de la maison de l’intercommunalité. Je ne reviens pas ici sur ce que tous disent : «ce bâtiment est nécessaire pour ne plus gaspiller d’argent ».

 

 

 

 

Sur le lieu, j’étais au départ plutôt partisan d’un secteur proche de la mairie. Je me suis vite rendu compte que cette idée ne correspondait pas à l’avenir et au sens de l’histoire. Il ne serait pas bon que Lorient accapare le symbole de l’agglo en son cœur. Il faut au contraire installer ce bâtiment de la démocratie intercommunale au cœur de ce qui fédère le Pays de Lorient : sa rade. Rade qui est le point de départ de l’histoire de plusieurs de nos communes et qui est sur le point de liaisons entre elles.

Mettre cette maison en vue d’autres communes de l’agglo est un symbole fort, positif et ouvert.

 

N’oublions pas qu’avec les réformes territoriales qui se dessinent lentement, c’est en quelque sorte - en caricaturant - la Mairie du XXIème siècle que nous construisons.

Les symboles de l’identité intercommunale doivent être à notre esprit, et l’avenir des abords de la rade n’appartient pas aux Lorientais, aux Lanestériens, aux Minahouets, mais à tous les riverains et habitants du Pays de Lorient.

 

Elargissons le débat et la focale, la rade ne peut-être un débat loriento-lorientais, ce serait irrespectueux de nos voisins, dont les élus de tous bords appuient le projet.

 

La visibilité accrue de Cap l’Orient renforcera la citoyenneté de pays, ce qui est le sens de l’histoire, accélèrera les synergies sources d’économies entre nos communes et accélèrera la prise de conscience de la nécessité d’élire Cap l’Orient au suffrage universel

 

Enfin un lieu de démocratie, car loin d’être un bâti clos, la maison de l’agglo sera un espace ouvert aux citoyens.

 

De ce point de vue, ceux qui ont tout à gagner avec cette maison de l’agglo ce sont les acteurs du monde associatifs.

Des espaces de réunions leur seront largement ouverts, et c’est là un acte fort pour accompagner leur dynamique. C’est une bonne réponse pour les associations qui ont des activités ponctuelles à Lorient, mais dont le siège est à Ploemeur ou Riantec chez un membre du bureau. Par son caractère intercommunal, le bâtiment collera à la réalité d’une vie associative qui dépasse de plus en plus les frontières communales.

 

Je me suis attardé sur le point qui fait le plus débat. Mais n’oublions pas que la maison de l’agglo n’est q’un élément d’un chantier global qui s’équilibre entre privé, public, économique, culturel et symbolique. Un quartier c’est un tout.

 

Il faudra encore approfondir certains points, mais nous somme au début d’un processus qui occupera bien plus d’un mandat municipal.

Ainsi, reste à étudier quels types de logements voulons nous sur cet espace, quelle logique de déplacement, quel type de liaison avec le reste du centre-ville, etc.

 

Les phases de débats et de concertations avec les lorientais  qui se poursuivent doivent pouvoir enrichir la réflexion sur tous ces sujets.

 

 

Yann SYZ

UDB

 

 

 

Publié dans Lorient

Commenter cet article