difficultées scolaires, deux ans à l'école et classes bilingues à Lorient.

Publié le par Kevrenn Bro An Oriant

Panneau-Merville.jpgLe conseil municipal de Lorient du 6 mai avait été marqué par un débat d'intérêt local dont nous nous sommes déjà fait l'écho ici : pelouse synthétique au moustoir : l'UDB dit oui, mais avec une hause du loyer du FCL.

 

Mais les élus UDB avaient également planché sur la préparation de la prochaine rentrée scolaire, qui sera le théatre de nouvelles fermetures de classes en maternelle, mais aussi du renforcement d'une des deux écoles bilingues publiques de la Ville. Pour la deuxième, les élus ont demandé qu'il puisse en être de même. Yann Syz s'en est expliqué (voir ci dessous, s'en oublier les autres sujets de la prochaine rentrée:

 

Les décisions de l’éducation nationale sont effectivement inacceptables. Elles affaiblissent l’école, là où le service public d’éducation a besoin de marge de manœuvre pour évoluer avec la société.

De quoi a besoin l’école ? d’une gestion comptable où vous supprimez un moyen en fonction des chiffres après la virgule ? non.

Elle a besoin d’une gestion qui replace les écoles dans une dynamique de projets et d’ouverture.

Les écoles doivent aujourd’hui avoir les moyens de faire face à trois défis qui nécessitent d’aller au delà des simples moyennes de classes.

 

Le premier, c’est bien sûr l’accompagnement au plus près de ceux qui sont en difficulté avec les codes de l’apprentissage scolaire.

 

Le deuxième, c’est de trouver les formules adaptées qui permettent d’accueillir les enfants de deux  ans dans des cadres cohérents avec leur évolution individuelle.

 

Le troisième, c’est de répondre à la demande croissante des familles pour un enseignement bilingue breton français de proximité, et non limité à une école par ville.

 

Pour ces trois enjeux, il faut que les écoles aient des marges de manœuvre au delà de l’arithmétique comptable. Donner une chance à l’école et à ses élèves, c’est lui donner les moyens d’agir dans une société moderne et complexe.

 

Le gouvernement, en appliquant sa réforme dite RGPP aux enseignants dans les classes, ne se donne pas les moyens de préparer l’avenir.

 

Sur le point particulier de l’enseignement bilingue, il faut regretter que si des efforts sont faits dans une école, 14 élèves des autres écoles ne pourront pas continuer le breton en cp.

C’est d’autant plus regrettable qu’avec un peu de souplesse c’est possible.

 

En effet, nous demandons une ouverture à Merville élémentaire ; c’est que les moyennes sont élevées. Les 14 CP bilingues auraient allégé cette moyenne, au bénéfice de l’ensemble de l’école. Et c’est possible sans beaucoup de moyens si l’on accepte de « mélanger » cp et grande section dans une même classe.

 

Ici comme ailleurs, il faut plutôt encourager les initiatives pédagogiques au lieu de les étouffer sous la pénurie de moyens.

 

Accueillir convenablement les 2 ans, aider ceux qui sont en difficulté et préparer aux identités multiples, c’est préparer l’avenir, la société de nos enfants. Le gouvernement de droite préfère la tranquillité budgétaire d’aujourd’hui. Le raisonnement à court terme est contraire aux valeurs de la diversité de notre équipe municipale.

Pour les élus UDB, Yann Syz

 

Pour plus d'info sur les classes bilingues dans le pays de Lorient, rendez vous sur les ites internet de Div Yezh, Diwan  et Dihun. Il en existe à Lorient mai aussi Lanester, Riantec, Guidel, Plouay, Quéven, Languidic, etc. Des projets à Hennebont aussi.

http://www.diwanbreizh.org/

 

http://div-yezh.org/

 

http://www.dihun.com/

Publié dans Lorient

Commenter cet article