L’immatériel et le patrimoine contre le débat sur l’identité nationale.

Publié le par Kevrenn Bro An Oriant

  Ar glad dizanvezel a-enep ar vreutadeg
 diwar an identelezh broadel


Drapeau-de-Lorient.jpg                                                                       UDB-1-.jpg
(infos sur cette image en bas)
Le point d’orgue du conseil municipal de Lorient jeudi dernier était le vote du budget.

 

Entres autres analyses, le groupe UDB a rappelé que la gestion de la ville ayant été saine (faible endettement) depuis plusieurs années, cela nous permettra de se projeter dans l’avenir sereinement, par un gros programme d’investissement malgré le contexte d’incertitude et de baisse des ressources dues à l’Etat. Etat dirigé par quelqu’un qui a fui le congres des maires …

Si le budget dans sa présentation fait la part belle aux réalisations matérielles qui concourent à renforcer l’attractivité de la ville et la qualité des espaces publics (gare, enclos du port, rue Chaigneau….), le groupe UDB a rappelé que l’essentiel du budget est consacré à des réalisations immatérielles, difficiles à inaugurer ou à mettre en image, mais qui concourent à la qualité de vie et au vivre ensemble sur la commune. (action quotidienne culturelle, sportive, sociale ou encore en matière de santé par exemple.)

 

Plus tard, l’adjointe à la culture a présenté un dossier d’adhésion à la charte du patrimoine de la région Bretagne.

A cette occasion, Yann Syz, pour l’UDB, a appeler à la prise en compte du patrimoine immatériel tel que défini par l’UNESCO, comme patrimoine reconnu par des groupes, des individus, des communautés.

 d-l-gation-du-BNG---Lorient.jpg

« L’article 2 de la convention de l’Unesco précise qu’il s’agit de procurer aux habitants un sentiment d’identité et de continuité contribuant à promouvoir le respect et la diversité culturelle.

On le voit, parler de patrimoine, matériel ou immatériel, local ou régional est aujourd’hui essentiel, à l’heure où des débats pré-electoraux dont l’organisation est confié aux agents de l’Etat consacre l’idée de l’identité unique.

Parler d’identité au singulier, les sciences humines sont là pour nous le rappeler, est une aberration, les identités, individuelles ou collectives, étant toujours multiples, pluridimensionnelles, évolutives.

Travailler  la question du patrimoine régional c’est aussi faciliter la lecture d’un jeu d’identités multiples et complexe. Etre à la fois Breton, Français, Européen, être capable de combiner ces identités, c’est se rendre apte à la diversité.

La charte qui nous est soumise ce soir est loin des questions fermées du sommet de l’Etat, fermées comme ce débat qui interroge les immigration comme un problème potentiel pour la France, alors que franchement, les immigrations sont rarement un problème pour l’Europe et ses régions, mais surtout la conséquence et la cause de problèmes dans les pays d’origines, et c’est là-bas qu’il faut tourner le regard . »

 

Yann Syz  a terminé ce propos en interrogeant un membre du Modem pour lui demander s’il est à l’aise aux cotés de membres de l’UMP , parti politique qui utilise l’appareil d’Etat pour tenter de nous imposer une identité unique et des barbelés mentaux.

L’ élu interpellé a dribblé la polémique, mais en a profité pour prendre ses distances avec ses camardes de l’oppositions municipales. Dont acte. Dommage du coup que notre élu yann SYZ n’ait pas poussé le pion pour rappeler les reniements (sans que personne ne soit surpris à l’UDB) du gouvernement UMP sur les langues régionales. (1) Ce sera pour un autre contexte, mais un coin est enfoncé.


 
(1) lire http://www.udb-bzh.net/article.php3?id_article=1240
PS:  merci à nos camarades du conseil muninicipal de Brest, qui ont développé une analyse dont nous nous sommes inspiré pour partie: lire ici : http://aepb.over-blog.com/article-identite-nationale-intervention-des-elues-aepb-a-brest-41380942.html

Quant aux photos, la première est le drapeau de Lorient tel que réédité par Diwan An Oriant, que vous pouvez offrir à noël en commendant pour 25 € (plus 3 € de port)à Skoazell Diwan, 1, rue Ferdinand-Buisson, 56100 Lorient, ou en vous rendant à la Coop Breizh, rue du port, ou au comptoir irlandais au port de pêche.
 
La deuxième montre Yann Syz et Gael Briand en conversation avec des membres du BNG, parti cousin de Galice. La Galice est un territoire autonome d'Espagne, pays où l'on confond beaucoup moins nationalité et citoyenneté qu'en France, et ci dessous le groupe UDB au CM de Lorient.
4ELUSUDBLORIENT2.jpg

Publié dans Lorient

Commenter cet article