pelouse synthétique au moustoir : l'UDB dit oui, mais avec une hause du loyer du FCL.

Publié le par Kevrenn Bro An Oriant

annick-lecuyer.jpgCe soir le conseil municipal de Lorient se prononçait sur la pertinence de mettre en place une pelouse synthétique  sur le terrain du moustoir pour les matchs de ligue 1 du FCL. Par la voix d'Annick Lécuyer, l'UDB s'est rallié à ce choix qui renforcera la capacité du stade, mais a demandé au maire de trouver les moyens d'une contributiuon du club.voir l'intervention ci dessous:

 

Le vote de ce soir porte formellement sur le choix de l’entreprise prestataire.

Avant cela, nous nous sommes interrogés sur l’intérêt de la pelouse synthétique. Au vu de la lourdeur des investissements déjà réalisés pour le stade et le FCL, il nous fallait être convaincus, et, aujourd’hui, nous le sommes.

 

D’abord parce que cette pelouse permettra de mettre fin à une situation où il fallait intervenir très régulièrement, sans que les utilisateurs soient satisfaits.

 

Ensuite, parce que ce système permettra d’utiliser plus souvent le stade, pour le sport ou pour la culture, et donc d’y créer plus souvent des événements.

 

Enfin, parce que les résultats du travail de la commission d’appel d’offre permettent de faire cet investissement avec peu ou prou le même budget qu’aujourd’hui.

 

En effet, si l’on tient compte de la durée de la garantie des 3 éléments différents qui constituent la future pelouse, et que l’on lisse l’amortissement du coût de départ sur ces 3 durées, on s’aperçoit que nous ne dépensons pas 900 000 euros, mais sensiblement quelque chose de l’ordre de 100 000 euros par an , la même chose qu’aujourd’hui avec des résultats aléatoires. C’est donc un pari raisonnable et nous nous y joignons sans problème.

 

Il reste toutefois qu’entre l’éclairage, la tribune sud et la pelouse, la ville s’est investie lourdement pour le stade ces dernières années. Ce coût est assumé par la ville, car c’est la clé pour que ce stade anime le centre ville et ses commerces, c’est la clé aussi pour qu’il serve aussi à des manifestations culturelles.

Par contre, en face de cet investissement, la ville peut espérer voir monter ses recettes. Le stade se rapproche aujourd’hui des stades des grands clubs de Ligue 1 et innove même pour la pelouse.

 

Le niveau des contributions financières du FCL à cet effort, sous forme de loyer par exemple, reste lui plus proche des clubs de Ligue. 2.

Le club a grandi sportivement, il s’est solidifié économiquement, nous lui aménageons des espaces de qualité, il est normal de demander désormais une revalorisation des recettes perçues par le contribuable.

Publié dans Lorient

Commenter cet article