Risques Seveso à Quéven: l'Etat veut faire payer le pollué!

Publié le par Kevrenn Bro An Oriant

UDB_Breizh_gant_kalon-2.jpg 

Les zones Seveso sont des espaces où il y a obligation de prendre des mesures pour sécuriser les installations classées et protéger les riverains des sites concernés. La Bretagne comptent plusieurs communes concernées, dont plusieurs dans le Pays de Lorient  (Lorient, Quéven...) sur lesquelles l’élaboration d’un PPRT, Plan de prévention des risques technologiques, est obligatoire.

La Loi Grenelle 2 avait instauré un crédit d’impôt égal à 40% des dépenses pour les propriétaires occupants riverains des sites classés Seveso, sites comportant des risques d’accidents majeurs (explosion, incendie, nuage toxique). Ces travaux obligatoires pouvant s’avérer assez lourds, entre 15.000 à 30.000€.


Actuellement le Parlement et le Sénat toprpillent  ce crédit d’impôt en le ramenant à 25%.

Dans le cas du PPRT en cours à Quéven autour de l'usine Sicogaz, ce geste parlementaire est d'autant plus regrettable que certaines pistes ne sont pas explorées, en particulier les mesures de réduction des risques à la source par l'entreprise elle-même.

 

Les Quévenois riverains de Sicogaz sont pris en étau entre l'entreprise et l'Etat dont les logiques respectives aboutissent en réalité à faire payer le pollué!

L’UDB demande aux députés et sénateurs de rétablir le crédit d’impôt-Seveso à 40%, d’élargir le dispositif aux propriétaires bailleurs et de permettre l’accès aux prêts à taux zéro pour financer les travaux de sécurisation des habitations rendus obligatoires par la Loi dans les zones Seveso.

L'UDB demande que l'enquête publique à Quéven soit différée, afin que toutes les hypothèses ne reposant pas sur le porte-monnaie des riverains soient réellement étudiées.

 

Yann Syz

 

Publié dans Quéven

Commenter cet article