Vers un Triskel à trois branches et du mouron pour le Mourillon.

Publié le par Kevrenn Bro An Oriant

 

 

b9e44877cc.jpgLes élus de Cap Lorient, réunis à Cléguer, ont affiné leur stratégie pour construire la suite du Triskel vers Quéven et Ploemeur en passant par Kervénanec. L'hypothèse tramway est pour l'heure évacuée, en raison de son cout, mais aussi parce que plus adapté à des agglo comme Brest dont la majeur partie des habitants sont concentrés dans un faible rayon. Une agglo plus diffuse et avec plusieurs centre importants priviligiera des staratégies combinant le Triskel au coeur et des complémentarités diverses autour. L'utilisation des rails de la voie du port de commerce est envisagée, même s'il faut regretté que c'est le signe d'un vide de la SNCF quant au fret dans l'agglo.

 

Le conseil de ce vendredi 24 septembre a aussi évoqué le nécessaire dragage des ports de la BSM et de Kernével. Nous partageons les objectif, mais notre élu UDB a voté contre, en raison du fait qu'on prévoit toujours pas d'alternative au clapage des sédiments pollués au large de Groix. images-mourillon.jpg

 

Enfin, dernier gros dossier, le lancement des démarches vers l'extension importante de la Zone d'activité du Mourillon.

Notre élu Yann Syz a émis de nombreuses réserves, dont voici quelques extraits ci dessous, où l'on voit que même à Lorient, l'UDB a en tête les nécessaires coordination avec Quimperlé.

 

  

"Avec le Programme leader, nous avons politique agricole de Cap L’orient qui vise à renforcer l’agriculture péri-urbaine.

Or, ici,au Mourillon, nous allons supprimer des terres agricoles. Il conviendrait que l’on  puisse dire au monde agricole où cela est compensé  ou alors, proposition, que des activités sur cette zone aient trait à la transformation ou la distribution de l’activité agricole du pays de Lorient.

   

Une nouvelle ZAC au Mourillon pose question dans le cadre de nos stratégies de transport dans l’agglo. En présentant comme un atout l’échangeur du Mourillon, on renforce l’ambiguïté quant au statut de la RN 165 qui est dans les faits à la fois une voie de transit en Bretagne et une rue interne centrale de l’agglo. Cette double fonction pose problème quelque soit la largeur du tuyau.

 

 Attention au type d’activité. La vraie entrée ouest industrielle du pays de Lorient c’est Kemperlé. Pas dans les faits politiques, mais dans le quotidien de nombreux travailleurs résidants à Lorient, Quéven, etc… Ne bousculons pas plus cette zone fragilisée récemment qui fait partie du bassin d’emplois de Lorient.

   

En cas de stratégie d’implantation d’activité  commerciales, veillons aussi à ne pas bouleverser l’équilibre du pays de Lorient.

Notre agglomération a une force, c’est son polycentrisme, à savoir qu’elle est équilibrée autour du pôle Lorient Lanester par de nombreux centres-bourgs dynamiques.

L’aménagement de 4 voies peut perturber cet équilibre, et donc nos politiques d’intégrations sociale et de transport. Un rond point est un non lieu ou on ne s’arrête ni ne se rencontre, à l’inverse de nos sociabilités de bourg.

   

En conclusion, si l’intérêt communautaire est évident à la jonction de plusieurs communes, je souhaite qu’un vrai travail d’étude et de concertation ait lieu rapidement pour que cette zone ne soit pas un facteur de déséquilibre, et que son niveau d’exigence d’intégration environnementale et paysagère soit très haut, afin qu’on ne se retrouve pas face à un nouvel épisode des nombreuses entrées d’agglo anonymes, toutes les mêmes, qu’un hebdo célèbre désignait récemment sous le titre en Une « La France moche ».  

 safe_image.jpg

Yann syz en débat au festival interceltique.

 

 

A noter qu'en ouverture du conseil, une forte délégation de Quéven était présente pour rappeller que cette commune importante en nombre d'habitant n'a toujours pas étét retenu par le Conseil général pour accueillir un un établissement pour personne agées à Quéven de type Epad.

Relié à la demande récurente de collège public à Guidel, celà pose la question de l'adéquation entre le dévelopement  démographique de ce coté du pays de Lorient et le montage des services et politiques publics adéquats.

                                                                                                                                             

 

 

 

Commenter cet article