Une station d’épuration pour quels enjeux ?

Publié le par Kevrenn Bro An Oriant



Le déblocage du dossier de la station d’épuration intercommunale de Riantec-Port Louis-Locmiquélic est une très bonne nouvelle. L’assainissement de ce secteur pose en effet de nombreux soucis d’ordre environnementaux et provoque de réelles gènes.

La reprise du dialogue entre ces trois communes ne doit pas se limiter aux situations critiques. Il est de l’intérêt de tous que cette affaire serve de leçon, car les communes doivent relever des défis, dans un contexte de désengagement de l’Etat, que Port-Louis, Riantec et Locmiquélic ne relèveront pas seules. C’est ensemble qu’elles pourront par exemple traiter les questions de l’accueil de la petite enfance, celles des pratiques sportives émergentes (rugby...), ou faire en sorte que le secteur ne soit plus une « zone blanche » de l’enseignement bilingue.

L’Union Démocratique Bretonne reste toutefois prudente quant aux propos du maire de Riantec demandant la levée de l’interdiction de lotir « parce que nous avons des jeunes qui quittent la commune faute de pouvoir construire ». Ce constat est juste, mais la sincérité du propos reste à vérifier : les projets immobiliers de Riantec seront-ils à portée de bourse des jeunes de la commune ? Quelles décisions politiques fortes la municipalité entend-elle prendre pour que les nouvelles maisons ne viennent pas renforcer le vieillissement des communes littorales ? Un projet clair s’impose, faute de quoi la future station d’épuration n’aura servi qu’à renforcer les logiques de ségrégation sociales, générationnelles et spatiales sur le littoral.

Yann SYZ Responsable des affaires extérieures Fédération Morbihan

 

Publié dans Riantec

Commenter cet article