Les députés délient les langues

Publié le par Kevrenn Bro An Oriant




Les députés délient les langues ?







En adoptant un amendement au projet de loi constitutionnelle, l’Assemblée Nationale déclare que "les langues régionales font partie du patrimoine de la France". Cette phrase figurera dans l’article 1 de la Constitution si le Congrès l’adopte dans son texte final.

En soi, cette phrase n’apporte rien de plus, mais il faut évidemment la saluer comme une première importante, car jamais jusqu’ici les langues régionales n’ont figuré dans un texte constitutionnel.


Nous devons saluer la ténacité d’un petit nombre de députés qui a beaucoup agi ces dernières semaines pour en arriver là.


De plus, l’amendement voté n’est pas exempt d’ambiguïté : il vient compléter l’Article 1, mais l’Article 2, sur lequel s’appuie les adversaires de la charte des langues minoritaires, n’est pas modifié.


Surtout, la question des outils et des moyens reste entière. On voit tellement de monuments du patrimoine à l’abandon…Or on le sait, c’est par le biais de l’enseignement, des médias ou de la vie sociale que les langues régionales trouveront leur place.


Ce vote est tout de même une étape majeure : la France n’est pas le pays de la langue unique, les députés l’ont admis, et ceci constitue une source de développement et de reconnaissance pour les filières bilingues qui devraient, en toute logique, s’en trouver renforcées.

L’UDB Morbihan continue donc son travail de proposition sur le sujet, en se félicitant de trouver plus d’écho.

 

Yann SYZ

Responsable des affaires extérieures

Fédération Morbihan

Publié dans Communiqués UDB

Commenter cet article