A. Jacquard à Lorient : la vision d'une autre humanité

Publié le par Kevrenn Bro An Oriant



Hier soir j’ai assisté à la conférence du Professeur
Albert Jacquard. Essayiste et scientifique, il a, hier, passé la journée à Lorient.

 

Il a rencontré des lycéens dans l’après-midi, et au Grand Théâtre le soir, sous la présidence de Mme LeGoff, adjointe à la petite enfance de Lorient, il a donné une vision humaniste de l’enfant.

 

Cette soirée, dans le cadre du 20ème anniversaire de la Convention des Droits de l’Enfant, a débuté par le visionnage du clip « Ni Mendiant, Ni Soldat » interprété en direct par Fabienne Marsaudon et 4 enfants de l’école Bois Bissonnet.

 

Ensuite Mr Jacquard a développé sa vision de l’Humain.

 

« 1 + 1 ne fait pas 2 » ! Non il faut être 4 pour donner vie. Tel est le début de son intervention. Il explique qu’il faut même être 5.

2 gamètes (spermatozoïde + ovule), 1 homme et 1 femme et le cinquième élément, le hasard, voilà ce qui donne le bébé.

 

Il a continué dans l’évolution par dire aussi qu’apprendre à lire ou compter pour être le meilleur n’est pas la bonne solution. La lecture doit être l’ouverture sur les autres donc sur le monde.

 

« Je suis pour le sport, pas pour le score ». Autre maxime qu’il aimerait que les sportifs prennent en compte… Même ceux qui jouent avec leur main… Vous voyez l’allusion ?

 

Pour terminer cette soirée un débat s’est engagé avec la salle.

Une question intéressante : « Quand devenons nous adulte ? Quand quittons nous l’enfance ? ». Cette question, posée par un papa de 4 enfants, Mr Jacquard répond ceci :

« Je ne peux pas apporté de réponse. J’ai 84 ans et je ne sais pas si je suis devenu adulte ! »

 

Nous aurions pu l’écouter des heures deviser sur le devenir de l’humanité ou sur le besoin de l’enfant de jouer pour apprendre… Nous aurions pu rester devant cet humaniste durant toute la nuit.

Mais l’âge est là. La journée fut longue. Même si pour lui le temps ne se mesure pas en minute ou en heure !

 

J’ai pu toutefois le saluer avant son départ du Grand Théâtre et je tiens à remercier Claudine pour cette rencontre.

 

 

                                   Laurence CHEVREL


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article