Mobilisation pour la langue bretonne à Lorient samedi 31 mars 2007

Publié le par Kevrenn Bro An Oriant

Tous les enfants de Bretagne doivent pouvoir, quand leurs parents le souhaitent, bénéficier d’un enseignement du breton au sein de classes bilingues.

Or, La Charte européenne des langues régionales et/ou minoritaires n’est toujours pas ratifiée malgré les nombreuses promesses faites par différents Présidents de la République. La Constitution doit être modifiée pour obtenir enfin une reconnaissance officielle de la langue bretonne dans le cadre de la République française.

Au delà des déclarations et des promesses des différents candidats à l’élection présidentielle, je considère que la situation actuelle constitue, au pays des Droits de l’Homme, un véritable déni de démocratie.

La France ne s’est toujours pas donnée les moyens constitutionnels de ratifier la Charte Européenne des langues et cultures minoritaires qui inclut une reconnaissance officielle des différentes langues de France (donc de la langue bretonne). Les demandes réitérées au Parlement et le succès de manifestations comme celle du 22 mars 2003 à Rennes, qui avait rassemblé près de 20 000 personnes, ou tout récemment encore à Béziers, n’ont pour l’instant pas permis de faire évoluer ce dossier.

Si, dans le cadre de la campagne électorale, certains candidats (ou certaines...) nous promettent aujourd’hui la ratification de la Charte, nous savons que seuls sont crédibles celles ou ceux qui proposent la modification de l’article 2 de la constitution. Or, bon nombre des candidat(e)s demeurent bien silencieux sur ce point.

C’est pourquoi je pense qu’il faudra transférer au Conseil Régional les compétences et les moyens pour la culture et l’enseignement de la langue bretonne. Cela seul garantira l’avenir des écoles Diwan, de développer l’ensemble des filières bilingue et d’atteindre l’objectif du plan linguistique régional de 20 000 élèves dans l’enseignement bilingue en 2010.

Pour l’heure, devant la dérive inquiétante que prend la campagne électorale sur le terrain d’une "identité nationale " réaffirmée tendance F.N, il est plus que nécessaire de se mobiliser pour manifester son attachement à la langue bretonne et plus largement aux langues et cultures minoritaires qui font la richesse de la France.

C’est pourquoi je vous invite à rejoindre la manifestation organisée par Diwan, samedi 31 mars à Lorient. Pour ma part, j’y serai.

Cet article a été diffusé à l'origine dans le cadre de la campagne des législatives 2007 sur la circonscription de Lorient par Yann Syz et Thiery Catrou

Commenter cet article