Lanester: JJ Valy défend la prise en compte de Diwan.

Publié le par Kevrenn Bro An Oriant

Lors du conseil municipal de Lanester de mai, à l'occasion du débt sur l'aide aux écoles, Jean-Jacques Valy a  justifié que la ville poursuive sa prise en compte des élèves scolarisés à Diwan. Lire son intervention ci-dessous:

C’est en Mai 1977 que s’ouvre la 1ier   maternelle Diwan ( le germe) à Lampaul Ploudalmézeau, puis rapidement à Quimper, Plounéour Menez, Rennes …. La grande aventure a commencée.

En 2008 contre vent et marée Diwan scolarise en breton plus de 3000 élèves de la maternelle au lycée.

Diwan a été créé pour répondre a une demande des parents et au refus de l’éducation nationale de faire une place pour le breton dans son école.

On ne va pas enseigner de vieux idiomes à des enfants, alors que nous vivons à l’époque de l’énergie nucléaire, on ne va pas contre le progrès !

Mais pour pouvoir exister, il faut de l’argent, et les bretons ne peuvent même pas compter sur quelques industriels spécialisés dans le bois ou le papier à cigarette qui préfèrent investir dans un musée à Venise ou dans un Yacht pour balader notre cher président.

La encore, la solidarité et le militantisme de l’Emsav, le mouvement breton jouent à plein, on fait la quête au fest noz ( 1f pour Diwan) et de nombreux bretons versent tous les mois leur cote part. Puis les municipalités, les 5 départements et la région mettent la main à la poche.

DIWAN comment ça marche ?

C’est une école associative, laïque, gratuite et ouverte à tous.

            La cour de récré de Diwan, c’est comme un comptoir breton : on y trouve des petits blancs et des petits noirs et même des petits rouges, on est loin du communautarisme.

            Avec 100% de réussite au Bac nos petits bretonnants, comme les petits français se retrouvent sur les bancs des plus grandes universités d’Europe, dans les écoles d’ingénieurs des «  4 coins de l’hexagone » et aussi au Pole Emploi….

 

Mais, on n’est pas là pour noyer le poisson !

 

            Parlons de l’immersion, la particularité de l’enseignement à Diwan.

Il s’appuie sur 2 grands principes :

 
1-     un enseignement en immersion totale, en breton de la maternelle au CE 2, suivi d’un enseignement bilingue (breton français) en immersion partielle jusqu’en fin de primaire puis trilingue au collège avec l’anglais utilisé pour enseigner une matière dès la 4ième  et une autre langue comme l’espagnol en troisième pour enseigner une discipline dès la seconde ce qui leur permet de maitriser 4 langues au Bac.

2-     Une utilisation du breton comme langue de vie des écoles, afin de lui donner une fonction quotidienne. Mais celui qui est surpris à parler français dans la cour, ne se retrouve pas puni avec une «  basket »  autour du cou !

 

C’est enseignement, aux résultats incontestables et évalués au fil des années, a permis des accords signés avec jack Lang en 2001, mais annulé par un recours au Conseil d’Etat.

Pour l’intégration au service public, il aurait fallut renoncer à l’immersion.

            Mais les bretons ne plient pas comme ça !

Donc mes chers collègues, je vous demande de bien vouloir, comme l’on fait avant nous le conseil municipal du 18 mai 1989 accorder pour les enfants de Lann er ster scolarisés à l’école Diwan Loiez Herrieu de Lorient, les mêmes dispositions que pour les écoles privées de la commune, vous montrerez ainsi votre volonté de défendre la langue de votre pays.

 

Trugarez
Jean-Jacques Valy

Publié dans Lanester

Commenter cet article